Bienvenue, identifiez-vous

L'arbre-sorcière, carte postale féerique de Séverine Pineaux, coll. Ysambre

Cette carte postale féerique représente L'arbre-sorcière, un personnage imaginé par Séverine Pineaux pour illustrer Ysambre, La Femme Graine, livre issu de sa collaboration avec Mickaël Ivorra.
Cette carte postale féerique est en exclusivité web sur nos banches !
Cette carte postale féerique fait partie du lot L'univers d'Ysambre
Découvrez nos livraisons suivies à petit prix Elle bénéficie de nos expéditions suivies à petits prix.

Plus de détails

Lot à prix promo qté limitée
0,80 €

1,00 €

(remise de 20 %)

Ajouter un commentaire

Disponibilité : En stock. Expédition immédiate.

Carte postale féerique de Séverine Pineaux, tirée de Ysambre féerie végétale, est parue aux éditions Sidh & Banshees.

Carte postale féerique L'arbre-sorcière de Séverine Pineaux

Cette créature qui ressemble à une dryade est l'arbre-sorcière de la forêt mythique d'Ysambre.
Cette carte postale féerique est tirée du second volet d'Ysambre de Mickaël Ivorra et Séverine Pineaux. Dans le livre-objet Ysambre, La Femme Graine l'artiste développe l'univers atypique apparu dans le premier volet, Ysambre, Le Monde-Arbre.
Avec Ysambre, Séverine Pineaux déploie son univers hors norme. Mêlant le végétal, l'animal et le mécanique, elle offre un univers précurseur du steampunk que l'on retrouvera, quelques années plus tard, dans Gothic Faërie.

Retrouvez cette carte postale dans le lot de 8 cartes postales féeriques L'Univers d'Ysambre à prix cadeau.

Elle était vieille au-delà de tout âge, quasi incapable de marcher, et sa mémoire vagabondait depuis longtemps sur des chemins de traverse. Ses enfants, las de s'occuper d'elle, l'avaient abandonnée dans la forêt sans même l'once d'un remords. (…)
L'automne passa, puis l'hiver, puis encore un printemps et un été qui filèrent comme autant de respirations.
A l'automne suivant, les enfants de la vieille femme revinrent en forêt faire provision de bois, empruntant le chemin que leur mère leur avait montré du temps où elle pouvait encore marcher. (…)
La vieille femme était heureuse.
Ses enfants étaient revenus, ils ne la quitteraient plus maintenant. Ses racines et ses ongles les enlacèrent dans une étreinte maternelle, s'incrustèrent au plus profond d'eux alors qu'ils tentaient, terrifiés, d'échapper à leur sort.

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Haut de page

Panier  

Aucun produit

Total 0,00 €

Commander

Fabricants

Paiement sécurisé Cybermut et Paypal
Twitter Facebook Partenaires