Bientôt la preuve d’un Au-delà ?

Les médecins de 25 hôpitaux britanniques et américains vont étudier 1500 cas de patients ayant échappé de peu à la mort afin de vérifier si des personnes dont le cœur a cessé de battre ou qui ne présentent aucune activité cérébrale sont susceptibles d’avoir des expériences de « sortie du corps ». Cette étude durera trois ans et sera coordonnées par l’université de Southampton.
Certains patients ayant frôlé la mort affirment en effet avoir vu un tunnel ou une vive lumière, d’autres se souviennent avoir observé le personnel chirurgical depuis le plafond de la salle d’opération. C’est pourquoi il a été prévu, entre autres, d’installer spécialement des étagères dans les salles de réanimation et d’y placer des images qui ne pourront être vues que depuis le plafond.
« Si l’on peut démontrer que la conscience perdure après la cessation de l’activité cérébrale, cela pourrait éventuellement signifier que la conscience est une entité distincte », souligne le Dr Sam Parnia, responsable de l’étude. « Il est peu probable que nous ayons beaucoup de cas où cela se produise, mais nous devons garder l’esprit ouvert. Et, si personne ne voit ces images, cela prouvera qu’il ne s’agit que d’illusions et de faux souvenirs. Il s’agit d’un mystère que nous sommes désormais en mesure de soumettre à l’observation scientifique. » De par son expérience quotidienne de médecin réanimateur, le Dr Parnia avait le sentiment que la science n’avait pas examiné de façon satisfaisante la question des expériences aux frontières de la mort.
« Contrairement à ce que croient la plupart des gens, la mort ne constitue pas un moment spécifique, souligne-t-il. C’est un processus qui s’enclenche lorsque le cœur cesse de battre, que les poumons cessent de respirer et le cerveau de fonctionner – c’est l’état médical que l’on appelle arrêt cardiaque, les trois critères de décès sont présents. S’ensuit alors un certain laps de temps, qui peut durer de quelques secondes à plus d’une heure, pendant lequel les interventions médicales d’urgence peuvent réussir à relancer le coeur et à inverser le processus de mort. Ce que ressentent les gens pendant cette période d’arrêt cardiaque offre une fenêtre de compréhension unique sur ce que chacun d’entre nous pourrait éprouver durant le processus de sa propre mort. » Le Dr Parnia et ses confrères analyseront l’activité cérébrales de 1500 personnes ayant survécu à un arrêt cardiaque et chercheront à déterminer si ces personnes peuvent se souvenir des images placées sur les étagères.
Parmi les établissements participant à cette étude figurent l’hôpital d’Addenbrookes, à Cambridge, le University Hospital de Birmingham et l’hôpital Morriston de Swansea, au Royaume-Uni, ainsi que neuf hôpitaux américains.

Information parue sur BBC News Online, Londres publié dans Le Courrier International (juillet-sept 2010)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette entrée a été publiée dans Actualités, Nos insolites, Savoirs, Croyances & Connaissances.
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.