Marie Voignier sur la piste du Mokélé M’Bembé : la cryptozoologie sur grand écran

L’Hypothèse du Mokélé M’Bembé est un documentaire de Marie Voignier, sorti dans les salles le 7 novembre 2012. Avec cette nouvelle oeuvre, la réalisatrice nous entraîne dans les pas du cryptozoologue Michel Ballot, à la recherche d’un animal mythique du sud-est camerounais : le Mokélé M’Bembé, décrit par les autochtones comme un rhinocéros à queue de crocodile avec une tête de serpent… Mais plus qu’un énième documentaire sur un spécimen de la cryptozoologie, L’Hypothèse du Mokélé M’Bembé est un reportage sur le travail et la recherche du cryptozoologue, entre exploration de la forêt primaire et recueil de témoignages.

L’Hypothèse de Mokélé M’Bembé : un documentaire sur la cryptozoologie

Dessin de Mokélé M'Bembé, animal étudié par le cryptozoologue Michel Ballot

La cryptozoologie est la science des animaux cachés, autrement dit il s’agit d’une branche de la zoologie qui s’attache à découvrir les espèces et les animaux dont l’existence n’est pas avérée, voir inconnue. L’un des exemples de réussite les plus connus de cette science est celui du coelacanthe : une espèce de poisson jugée éteinte depuis 350 millions d’années, jusqu’à ce qu’un scientifique parvienne à prouver son existance en 1938, par la découverte d’un spécimen vivant.
Autant dire que la cryptozoologie est un domaine de recherche peu conventionnel, « car elle travaille à la fois la science et le rationnel d’une part, et l’imaginaire, le prospectif, le mythologique d’autre part ». Un aspect atypique de la démarche scientifique – qui prend en compte les légendes ancestrales et autres mythologies locales – qui a interpellé la réalisatrice Marie Voignier. C’est donc tout naturellement que cette dernière c’est tournée vers les travaux de Michel Ballot, « l’une des rares personnes dans le monde à organiser des recherches de terrain systématiques autour d’un animal cryptozoologique »

Après un repérage d’une dizaine de jours, Marie Voignier s’est ainsi envolée pour un tournage aux côtés de Michel Ballot dans le sud-est camerounais, auprès des Bakas. Treize jours d’expédition dans la jungle, pendant lesquels la réalisatrice a pu suivre le travail et la méthodologie du cryptozoologue en quête du Mokélé M’Bembé, un animal de la mythologie pygmée. Dans les mythes autochtones, ce dernier est décrit, telle une chimère, comme possédant le corps d’un rhinocéros, la queue d’un crocodile et la tête d’un serpent… Une description que les scientifiques, et les cryptozoologues, rapprochent des sauropodes, famille de dinosaures dont le Mokélé M’Bembé pourrait bien être un représentant vivant. Une logique qui a fait ses preuves avec le coelacanthe et que l’on retrouve, d’ailleurs, dans le célèbre débat sur l’existance du monstre du Loch Ness.

Un documentaire qui fait le lien entre mythe et réalité.

De retour en France, c’est avec les images de cette expédition, mais également des images d’archives fournies par le cryptozoologue Michel Ballot, que Marie Voignier entreprend de monter son documentaire. Un mélange d’images de tournage et d’images d’archives qui permettent à la réalisatrice de ne pas documenter une expédition – par définition inscrite dans une durée -, mais bel et bien le travail sur le long terme du cryptozoologue. « Car c’est ainsi que se fait son travail de recherche : c’est sans début ni fin.« 
On peut ainsi suivre Michel Ballot dans ses expéditions en quête du Mokélé M’Bembé. Une démarche scientifique dont le but est, sans conteste, de rapporter des preuves tangibles de l’existence, ou non, de cet animal, mais qui fait également la part belle aux récits et témoignages des autochtones. Un contexte humain, dans la jungle avec les Bakas, loin de toute ville, qui offre toute sa dimension au sujet. « La situation post-coloniale permet de décentrer, de retourner à l’envoyeur ces notions de croyance, de réalité et d’en interroger les fondements. » A travers la quête d’un animal mythologique c’est l’homme, son imaginaire et sa relation à l’autre, que l’on voit se dessiner en filigrane. Marie Voignier a ainsi voulu se questionner, et questionner, sur l’humanité et son rapport à la réalité, poussant le sujet hors du cadre pour faire d’un mythe pygmée, le Mokélé M’Bembé, une histoire universelle.

En définitive, L’Hypothèse du Mokélé M’Bembé est un documentaire hors-norme. S’appuyant sur les réalités du travail de terrain du cryptozoologue Michel Ballot, les témoignages et autres récits du folklore local, Marie Voignier trace les contours d’un territoire invisible entre notre monde et les mythes, un espace fantasmagorique situé à la frontière de la réalité et de la fiction – et que la possible existence du Mokélé M’Bembé – fait vivre.

Lierre de l'Arbre aux 100.000 Rêves

Plus d’info sur L’Hypothèse du Mokélé M’Bembé de Marie Voignier :

  1. Présentation du film de Marie Voignier sur Allociné
  2. Interview de la réalisatrice Marie Voignier par Nicolas Bardot

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette entrée a été publiée dans Articles, Mystères de l'Histoire..., Oeuvres, livres & films, Premiers Pas vers....
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.