Devil City de Jana Oliver paraît aux éditions Castelmore

Devil City de Jana Oliver paraît dans quelques heures aux éditions Castelmore. Sorti en 2011 aux Etats-Unis sous le titre The Demon Trapper’s Daughter, Devil City est le premier roman de Jana Oliver à être traduit en français. C’est le 1er tome d’une série dont le 3ème volume, Forgiven, sortira à la fin du mois aux Etats-Unis. Je ne résiste pas à l’envie de vous faire découvrir la bande annonce, sortie pour l’occasion, qui dépeint très bien l’atmosphère particulière de ce roman fantastique.

Au premier abord, Devil City se présente au lecteur comme une simple dystopie, où démons et humains luttent pour leur suprématie. Pourtant, dès les premières pages, c’est un univers bien plus riche et captivant qui s’offre à nous. Avec un dosage subtile entre fantastique et réalisme, Jana Oliver nous plonge, avec une facilité déconcertante, dans un univers surnaturel qui semble pourtant si familier. C’est dans une atmosphère étrange mais pas étrangère que Jana Oliver a choisi de situer l’intrigue de ce premier volet de sa saga. Devil City c’est à la fois un décor familier avec ses rues et ses quartiers – les bons comme les mal famés -, mais c’est aussi une ville dévastée, un monde en ruines livré aux forces surnaturelles où s’affrontent créatures démoniaques, maccabs, sorcières, fantômes, nécromanciens, chasseurs et piégeurs de démons. L’auteur introduit son livre par…

“L’Enfer est vide et tous les démons sont ici.” (William Shakespeare – La Tempête, acte I, scène 2.)

Le décor est planté… tout est dit !

Devil City met en scène les aventure d’une jeune adolescente, Riley Blackthorne, dans un Atlanta dévasté, livré à la lutte des forces du Bien et du Mal, entre forces démoniaques et piégeurs de démons… Riley n’a que 16 ans lorsque, après avoir vu mourir sa mère, elle perd soudainement son père dans une terrible attaque de… démons. L’existence – jusqu’alors presque paisible de la jeune fille – bascule, s’accélère et nous entraîne, avec elle, dans un tourbillon mêlant magie, surnaturel, action et humour. Riley n’a plus qu’une ambition : devenir piégeuse et retrouver le démon qui a tué son père… Désormais privée de la protection d’un père aimant, c’est seule que Riley devra faire ses preuves face à la Guilde des Piégeurs, jusqu’alors réservée aux hommes… Dès lors, le quotidien de la jeune fille est bien rempli ! Le jour, elle va à l’école, comme toute jeune fille de son âge… si ce n’est que, dans cette ville en ruine, les salles de classe s’improvisent dans les décombres de vieux magasins ou dans des cafés dévastés. La nuit, elle doit protéger la dépouille de son père de nécromanciens – plus ou moins sympathiques – en quête de corps à ranimer. Et le reste du temps ? Le reste du temps, Riley poursuit les démons et ils sont nombreux et variés sous la plume de Jana Oliver ! Pyros incendiaires, Biblios urinant sur les livres, ou sympathiques Kleptos ou Cambrioleur de l’Enfer dérobant tout ce qui brille, Géos, Hypnos … : Il y en a de toutes les sortes et pour tous les goûts ! Chacun sa spécialité, il suffit de savoir les attraper !

“Les Cambrioleurs étaient programmés pour être attirés par tout ce qui brillait. Il suffisait donc d’avoir de quoi les appâter.

Le démon se figea. Il avisa les paillettes et, aussitôt, sa respiration s’accéléra et ses doigts s’agitèrent d’excitation. De longues secondes s’écoulèrent. Soudain, il se jeta sur les paillettes sans soucier du danger. Riley l’agrippa juste avant qu’il attrape la dernière paillette et le jeta dans le verre. Au lieu d’un flopée d’injures ou d’une tentative de corruption, elle entendit un long soupir torturé. Puis le démon s’assit et entreprit de classer les paillettes par couleurs…

On aura tout vu.“

Entre trafic d’eau bénite et magie de protection, c’est un nouveau destin qui s’offre à Riley et l’entraîne sur les traces d’un secret…

La couverture de Devil City de Jana Oliver aux éditions Castelmore

Devil City de Jana Oliver aux éditions Castelmore

Devil City fait parti de ces romans qui vous embarquent dès la première page et ne vous lâche pas avant que vous en ayez fini la lecture ! Avec un style plutôt rythmé, Jana Oliver nous offre un récit entraînant qui mêle action et humour, parfois même grinçant. Tout est en contraste – jusqu’au choix de la couverture de l’édition française – et en finesse, tant dans la construction des lieux que dans l’approche des personnages. Loin des stéréotypes, ses démons savent se montrer sympathiques voire même attendrissants. Mais le véritable fil conducteur de cette lecture, c’est la finesse et la justesse des rapports entre les personnages. Riley Blackthorne est une héroïne, comme on les aime, à la fois forte et fragile. Elle est, tour à tour, l’adolescente pas encore tout à fait femme, qui se cherche dans ses rapports avec les hommes ; et la petite fille impatiente, un peu ‘garçon manqué’, qui peste et jure contre les démons qui lui font pipi dessus. Que ce soit dans les relations de la jeune fille avec ses amis Peter et Simon; dans les échanges avec son nouveau maître aigri et odieux, Harper ; ou dans les liens qui l’unissent à Beck, l’ancien apprenti de son père – Jana Oliver explore, avec subtilité et précision, la complexité des rapports humains.

Un lecture enivrante pour ne pas dire envoutante, une intrigue captivante, des personnages attendrissants, une héroïne attachante ; le tout guidé par une plume fine et entrainante ! Jana Oliver conclue ses remerciements par : « Les rêves sont toujours plus riches quand ils sont partagés. », merci à elle, de partager cette part d’un imaginaire original et si riche !

Rendez-vous le 9 mars pour la parution française de Devil City !

Lierre qui pousse sur l'Arbre aux 100.000 Rêves

Plus d’infos sur Jana Oliver et Devil City :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Cette entrée a été publiée dans Articles, Oeuvres, livres & films, Suspense, Thriller & Angoisse et taggé , .
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.